EDUCATION

De la difficulté d’enseigner la laïcité

HD-417---laiciteL’assassinat de l’enseignant Samuel Paty nous a tous horrifiés et bouleversés. Un acte barbare qui agit tel un électrochoc pour tous les membres de la communauté éducative quant à la défense de la laïcité, pierre angulaire de notre pacte républicain, et de son enseignement.

 

«Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien et nous porterons haut la laïcité. Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent. Nous offrirons toutes les chances que la République doit à toute sa jeunesse sans discrimination aucune. » Le 21 octobre 2020, Emmanuel Macron, président de la République, rendait hommage à Samuel Paty et réaffirmait l’unité du pays autour de la défense des valeurs de la République, de la liberté d’expression et du principe de laïcité.

 

Une mission de l’école

La laïcité est un socle historique de l’égalité entre les élèves à l’école. Le Code de l’Éducation précise ainsi dans son premier article que « La Nation fixe comme mission première à l’École de faire partager aux élèves les valeurs de la République. Le service public de l’éducation fait acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité. »

Mais dans les faits, sur certaines problématiques, pour ne pas brusquer, choquer, pour éviter les problèmes, ne pas « faire de vague », il est compliqué pour certains enseignants ou responsables d’établissement de faire appliquer ou d’enseigner comme il se doit tous les grands principes qui définissent la laïcité et la liberté d’expression.

Une situation qui n’est pas nouvelle, loin de là, et qui touche plusieurs pans du champ éducatif, comme l’a rappelé la Peep dans un communiqué de presse le 20 octobre : contestation des enseignements en cours d’EMC (enseignement Moral et Civique), concernant la théorie de l’évolution, dispense de cours de natation, etc.

Début novembre, Jean-Michel Blanquer a indiqué que l’enseignement de l’EMC serait prochainement renforcé «pour que les enjeux de la liberté d’expression soient bien explicités ». Reste qu’au-delà d’être soutenus par l’ensemble de la communauté éducative, c’est aux enseignants, en première ligne, d’être bien formés sur ces questions : une enquête Ifop menée par le Comité national d’action laïque (Cnal) en 2018, révélait ainsi que 74 % des enseignants du public déclaraient ne pas avoir reçu de formation initiale au principe de laïcité et 94 % n’ont pas bénéficié de formation continue…

 

__________

ZOOM

Journée de la laïcité

La dernière journée de la laïcité s’est déroulée le 9 décembre 2020. Les enseignants disposent d’outils pédagogiques pour former les élèves à son concept et ses grands principes, en particulier la « Charte de la laïcité », qui doit être apposée dans toutes les écoles et établissements du second degré.

 

Hommage à Samuel Paty : des incidents à déplorer

Le 2 novembre, au retour des vacances de la Toussaint, dans toutes les classes des écoles, collèges et lycées, les élèves ont rendu hommage au professeur d’histoire-géographie Samuel Paty. Après la lecture de « La lettre aux Instituteurs et Institutrices » de Jean Jaurès, les élèves ont observé une minute de silence.

Quelque 400 incidents ont été recensés lors de cet hommage, qui se sont produits pour moitié dans des collèges. Trois catégories d’incidents ont été relevées par le ministère de l’Education : « 160 cas de refus de participation ou de perturbation de la minute de silence », « 150 cas d’apologie du terrorisme » et « une petite centaine d’événements, plus sérieux encore, dont certains (environ une dizaine) ont pu donner lieu à des suites judiciaires ».

Mot-clé:

Pas de commentaires pour le moment.

Donnez votre avis