DOSSIER

Parents d’élèves, un rôle à jouer !

HD-436---ouv-dossierEtre parent d’élèves, un rôle à tenir en dehors de l’école, au quotidien, à la maison, en accompagnant la scolarité de ses enfants, mais aussi dans l’école, en tant que membre à part entière de la communauté éducative. A ce titre, les parents d’élèves ont des droits, individuels et collectifs. Qu’il s’agisse en premier lieu du droit d’information sur le suivi de la scolarité de leurs enfants – et notamment celui de rencontrer les enseignants à leur demande –, et du droit de participation dans les instances de décision des écoles, collèges et lycées – principalement le conseil d’école en primaire et le conseil d’administration dans le secondaire –, par le biais de leurs représentants.

Le rôle et la place des parents dans l’école sont essentiels. Et s’impliquer, s’engager, c’est déjà voter ! Rendez-vous les vendredi 7 et samedi 8 octobre, lors de la semaine de la démocratie scolaire, pour faire entendre votre voix lors des élections scolaires.

 

«La qualité des rapports existants entre les parents et l’école influe sur la réussite des enfants. En tant que maman et élue au conseil d’école, je peux m’investir totalement dans la vie scolaire de mes enfants, se réjouit Marie, représentante des parents d’élèves en Loire-Atlantique. Je connais les enseignants, leurs méthodes de travail et les choix pédagogiques de l’école. Je peux surtout participer à la résolution des problèmes qui peuvent survenir, comme par exemple renforcer la sécurité des enfants à l’arrêt du car scolaire, ou participer à certains choix pour la cantine. »

« Faire le lien entre les enseignants et les parents, faire avancer les dossiers, améliorer sans cesse les conditions de vie des élèves au sein du collège, informer les parents, soulever et régler les problèmes quand ils se posent, voilà des défis que j’aime relever ; c’est parfois compliqué, mais il y a souvent des satisfactions », se félicite de son côté Marc, parent élu dans un collège de la périphérie de Besançon (Doubs).

 

Dans l’intérêt des élèves et des familles

HD-436---dossier-1Les raisons qui poussent les parents à s’investir au sein de l’école sont variées, mais la motivation principale qu’ils partagent peut se résumer dans la volonté d’agir et de défendre les intérêts des élèves et des familles, sur le terrain. Un engagement qui, pour beaucoup, se concrétise en décidant de représenter les autres parents en participant aux différentes instances de concertation qui pilotent la vie des écoles et des établissements scolaires (lire notre zoom sur les élections scolaires).

A commencer par le conseil d’école au primaire et le conseil d’administration au collège et au lycée. Deux instances, qui réunissent des représentants de la communauté éducative, dont les attributions sont essentielles : règlement intérieur, organisation pédagogique, budget, et, plus largement, sur les questions qui touchent de près ou de loin la scolarité des enfants comme, par exemple, la restauration scolaire, les activités périscolaires, les activités sportives ou culturelles, les problématiques en matière de santé, de sécurité, etc.

 

L’association, pour être plus efficaces

Outre ce rôle de représentation de leurs pairs dans ces instances, les parents d’élèves, par le biais de leur APE – association de parents d’élèves –, sont aussi et surtout des acteurs à part entière de la communauté éducative par les différentes initiatives dont ils peuvent être à l’origine : mettre en place des ateliers de soutien scolaire ou d’aide aux parents, des actions en faveur de la santé des jeunes, concernant la sécurité autour de l’école, l’orientation des élèves (forum avec des professionnels et des écoles, par exemple), etc.

On le voit, les parents ont toute leur place à l’école, autant individuellement que collectivement, en se regroupant au sein d’APE, associations de parents d’élèves. Celles-ci ont d’ailleurs des droits spécifiques : bénéficier de moyens matériels à l’école ou dans l’établissement scolaire où elles sont représentées, comme  disposer d’un panneau d’affichage dans un lieu accessible aux parents, ou encore, le cas échéant, d’un local à l’intérieur de l’établissement.

Par ailleurs, les APE peuvent se faire communiquer la liste des parents d’élèves (qui auront donné leur accord) ainsi que leurs coordonnées, pour distribuer des documents en vue des élections ou pour faire connaître leur action auprès des autres parents. Enfin, les APE ont le droit de tenir des réunions et d’organiser des activités au sein des établissements (sous certaines conditions).

 

Partager des valeurs communes

Plus ancienne Fédération de parents d’élèves (créée en 1926 !), la PEEP est une organisation nationale qui fédère des associations locales, départementales et académiques de parents, leur donnant ainsi une dynamique de mouvement et des ressources accrues pour remplir leur rôle d’interlocuteur privilégié au sein de la communauté éducative.

Un des avantages d’être à la PEEP en tant que représentant de parents d’élèves ? « L’indépendance, tout en bénéficiant d’une structure pour nous aider !  », répond Caroline Ponzo, représentante de parents d’élèves dans les Bouches-du-Rhône (lire son interview par ailleurs). Et d’ajouter l’importance d’une valeur partagée par les parents PEEP : « placer les élèves au centre des préoccupations ».

 

__________

INTERVIEW

Caroline Ponzo, représentante PEEP dans le second degré (Aix-en-Provence)

« Avec le temps, notre parole fait son chemin et finit par être prise en compte ! »

Quelles ont été vos motivations pour vous investir en tant que représentante des autres parents d’élèves ?  

L’envie de découvrir le fonctionnement de l’établissement de mon enfant, l’envie d’aider les parents et les élèves.

 

Avec votre expérience, diriez-vous que votre parole, en tant justement que porte-parole des autres parents, est réellement prise en compte… ou non ?    

On pourrait parfois penser que notre parole n’est pas entendue, mais avec le temps on s’aperçoit qu’elle fait son chemin et finit par être prise en compte, certaines fois rapidement, d’autres fois, avec plus de lenteur.

 

Dans le secondaire, des représentants de parents sont présents au conseil d’administration et dans les conseils de classe. Quelles sont les spécificités de ces deux types de représentation ?     

Dans les conseils de classe, les parents qui y siègent représentent l’ensemble des parents de la classe, ils remontent leurs questions et remarques, ils peuvent intervenir au moment de l’examen individuel des résultats des élèves. Ils font ensuite un compte-rendu qui sera diffusé aux parents. En dehors des conseils, les parents délégués de classe peuvent être également amenés à jouer un rôle de médiateur.

Dans les conseils d’administration, les parents qui y siègent ont été élus lors des élections scolaires. Un certain nombre de points sont soumis au vote ou sont présentés pour information. Les représentants des parents participent aux débats, et votent les décisions. Les sujets sont variés, ils portent sur le budget,  la dotation globale horaire, les voyages, le règlement intérieur…

 

Beaucoup de parents, investis dans le scolarité de leurs enfants, hésitent à passer le cap de la représentation de leurs pairs ; que ce soit par manque d’informations sur ce rôle, par peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas être formés… Que leur diriez-vous pour les encourager ?       

Je leur dirais de se lancer ! On peut se sentir perdu au début, dans la jungle des acronymes, mais on apprend au fur et à mesure comme dans tout nouveau domaine. On fait généralement partie d’un groupe de représentants de parents, on peut donc trouver aide et conseil chez les plus expérimentés, En outre, la fédération PEEP met en place des formations par visioconférence sur les conseils d’école, les conseils d’administration et les conseils de classe.

Je leur dirais aussi qu’on a la chance d’avoir une place statutaire au sein des établissements scolaires, et qu’il est important de la tenir pour nos enfants, pour leur éducation.

 

Que faudrait-il pour une meilleure considération de la place et du rôle des parents d’élèves à l’école ?     

Les établissements scolaires ne devraient pas craindre de favoriser la communication et le dialogue avec les parents, d’inclure les représentants des parents, tel que les textes le prévoient, voire au-delà des usages, dans la communauté éducative. Lorsque c’est le cas, on s’aperçoit que les parents adhèrent au projet de établissement, et que le climat scolaire s’en trouve nettement amélioré.

 

__________

ZOOM

HD-436---dossier-conseilDes représentants… en nombre !

On compte autant de représentants de parents d’élèves que de classes dans une école — maternelle ou élémentaire. On dénombre à la rentrée 2022 précisément 48 500 écoles en France, ce qui correspond à près de  250 000 classes… soit le nombre de parents dans les conseils d’école !

Au sein des quelque 7 000 collèges du pays, la représentation des parents d’élèves dépend de la taille de l’établissement : ils sont 6 dans les collèges de moins de 600 élèves, 7 dans les autres.

Dans les lycées, le nombre des représentants de parents d’élèves présents au conseil d’administration est fixé à 5 (autant que les représentants élus des élèves).

 

Secondaire : le rôle des représentants de parents au conseil de classe

Deux représentants des parents d’élèves assistent au conseil de classe qui clôture chaque trimestre de l’année scolaire dans les établissements du secondaire. Ils sont chargés de faire le lien entre les parents et le corps enseignant. Une ou deux semaines avant le conseil de classe, les délégués demandent aux parents, par le biais d’un questionnaire distribué par les enfants, d’un mail ou de tout autre moyen, de leur faire part de leurs remarques sur la classe. 

A la fois relais et médiateurs

Après avoir centralisé ces requêtes, les parents délégués devront les exposer au chef d’établissement, à l’équipe enseignante et aux représentants des élèves au cours du conseil de classe. Ils relaieront aussi l’avis des parents sur le niveau global de la classe, l’ambiance dans les cours, les relations entre les élèves, etc. « Nous pouvons par exemple souligner que les devoirs à la maison sont trop difficiles dans certaines matières ou faire des propositions pour améliorer l’ambiance au sein de la classe, précise Sonia, parent délégué pour une classe de 4e. Dans tous les cas, .

Le conseil de classe n’est ni le lieu ni le moment pour régler un problème individuel entre un enseignant et un élève : « Nous ne traitons que des cas généraux, reprend Sonia, même s’il nous arrive de relever les informations relatives à tel ou tel élève à la demande expresse des parents. En cas de problème individuel, nous leur conseillons de rencontrer directement le professeur, tout en leur proposant d’intervenir en tant que médiateur en cas de besoin ». Un rôle d’accompagnement qui trouve aussi toute son utilité quand des parents souhaitent contester une orientation notifiée par le conseil de classe concernant leur enfant (lire notre fiche pratique « Contester une décision d’orientation, VDP n° 422).

 

Des représentations à tous les niveaux

Outre leur représentation dans la gestion des écoles et des établissements scolaires au sein respectivement des conseils d’école et des conseils d’administration (voir par ailleurs), la voix des parents d’élèves est également portée dans de nombreuses instances, qu’elle soient consultatives ou décisionnelles. Dans le secondaire, il s’agit notamment des conseils de classe (lire en encadré page 8), des conseils de discipline, l’instance compétente pour prononcer à l’encontre des élèves des sanctions pour des manquements au règlement intérieur de l’établissement, ou encore des CESC, comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté.

 

Statut de parent délégué

Depuis longtemps, la PEEP porte la question du statut de parent d’élèves auprès des pouvoirs publics, dans le but de permettre aux représentants de parents d’élèves d’exercer pleinement leur mission au sein des instances de l’Education nationale, tout en conciliant parallèlement une vie professionnelle et familiale. Le 25 novembre 2016, avec la publication au JO d’un décret (n° 2016-1574), des droits ont été acquis ! Ce texte permet l’indemnisation des représentants de parents d’élèves ne pouvant percevoir aucune rémunération d’un employeur lorsqu’ils siègent dans les conseils départementaux, régionaux, académiques et nationaux.

En pratique, si la présence dans les instances entraîne une baisse de rémunération de l’employeur, ou si le parent délégué n’a pas d’employeur (indépendant…), le ministère peut lui octroyer jusqu’à 18 demi-journées indemnisées par an, au taux horaire net de 7,10 euros. Les frais de transport sont également pris en charge.

 

Encourager l’engagement des parents d’élèves

Le ministère de l’Education a par ailleurs défini un référentiel des activités du parent délégué avec les fédérations de parents d’élèves. Il facilite la reconnaissance des compétences développées. Ces engagements s’intègrent, au titre des activités bénévoles, dans le Compte personnel d’activité (CPA), qui ouvre le droit à des formations professionnelles.

Enfin, afin d’encourager la prise de conscience par les employeurs du rôle des parents d’élèves délégués et l’importance de la valorisation de cet engagement pour les salariés, une charte du parent délégué a été élaborée pour les entreprises.

Mot-clé:,

Pas de commentaires pour le moment.

Donnez votre avis