DOSSIER

Parcoursup, c’est parti !

HD-429---ouverture-dossier29 mars : une date que les quelque 750 000 élèves de terminale doivent avoir bien en tête ; elle correspond en effet à la fin de l’inscription de leurs vœux de formation dans l’enseignement supérieur pour la future rentrée. Des vœux qu’ils devront formuler sur Parcoursup, la plateforme nationale sur internet (parcoursup.fr).

Mais, entre université, BTS ou BUT, écoles spécialisées, classes prépas… pour beaucoup de lycéens, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver, d’autant plus quand on est dans le flou concernant le type et le domaine de formation à envisager après le bac… S’informer est donc primordial. Pour cela il faut multiplier les sources d’information – et dans ce processus, les parents ont aussi un rôle à tenir ! Enfin et surtout, à l’heure des choix, il ne faut pas hésiter à les multiplier. Comme le conseille Jean-Philippe Caldeyroux, directeur de CIO (lire son interview page 9), « Il n’y a pas d’autocensure à avoir, d’autant plus que les jeunes peuvent formuler de nombreux vœux ! ».

 

Le stress commence à monter ! Le compte à rebours « Parcoursup » est déclenché pour tous les lycéens qui s’apprêtent à entrer dans l’enseignement supérieur après l’obtention de leur bac. Une situation stressante pour bon nombre d’entre eux qui n’ont pas encore de projet de formation bien défini. A l’image de Myléna, en terminale STI2D, qui hésite entre une formation courte type BTS dans le domaine de la chimie ou une licence en sciences industrielles.

 

HD-429---parcousup-2Une procédure d’inscription cadrée

Mais, pour Myléna comme pour les autres futurs étudiants, l’heure est encore au choix… jusqu’au 29 mars inclus ! En effet, c’est jusqu’à cette date seulement – lire l’encadré ci-dessous – qu’ils pourront formuler leurs vœux d’orientation, jusqu’à 10 vœux… ou 20 sous-vœux : la combinaison « formation + établissement » compte pour un sous-voeu, et ce nombre est limité « à 10 par vœu de formation » et 20 sous-vœux en tout, toutes demandes comprises…

Notez qu’il est également possible de formuler dix vœux supplémentaires pour des formations en apprentissage – quelque 6000 formations en apprentissage sont ainsi disponibles cette année.

Dans tous les cas, pour Myléna comme pour les autres lycéens, il est fortement conseillé de formuler des choix élargis, avec plusieurs établissements pour une même formation, plusieurs formations dans le ou les domaines souhaités, etc.

 

Multiplier ses sources d’information

Pour faire ses choix, plusieurs sources d’information sur les formations sont proposées aux élèves. Déjà, depuis l’entrée au lycée, les élèves sont accompagnés par les équipes éducatives dans l’élaboration de leurs choix d’orientation. Pendant leur année de terminale, les élèves sont aussi aidés et orientés par leurs professeurs principaux, que ce soit dans l’inscription « technique » à Parcoursup, que concernant le projet d’orientation en lui-même, les types de formations envisagés en fonction de différents critères sur lesquels les professeurs pourront les éclairer.

Outre cette information au lycée, les élèves ont également tout intérêt à élargir l’éventail des formations vers lesquelles ils pourraient se projeter : participer aux différents forums de l’orientation, se rendre aux portes ouvertes des établissements d’enseignement supérieur, consulter un Psy-EN (psychologue de l’Education nationale, spécialiste de l’orientation) que ce soit dans un CIO ou pendant leurs permanences dans les lycées, se rendre sur les sites internet proposés par l’Onisep : monorientationenligne.fr et terminales2021-2022.fr, etc.

 

HD-429---parcour-OneParcoursup : une mine d’informations

Par ailleurs, outre qu’elle est la plateforme d’inscription pour gérer les vœux d’affectation des futurs étudiants de l’enseignement supérieur, Parcoursup est aussi un portail d’information sur toutes les filières accessibles : pas moins de 19 500 formations cette année !

Ainsi, chaque formation est présentée sous la forme d’une fiche détaillée qui permet aux lycéens de consulter des informations essentielles : contenu de la formation, conseils sur les parcours au lycée, précisions sur les compétences et connaissances nécessaires pour réussir dans la formation, critères généraux d’examen des dossiers avec leur degré d’importance, taux d’accès à la formation en 2021 pour renseigner sur le niveau de la demande, etc. On peut accéder à ces fiches informatives grâce à un moteur de recherche sur Parcoursup qui fonctionne par mot-clé. Une possibilité dont ne se sont pas privés, à juste raison, nombre d’élèves l’an passé ; en effet, selon une étude Ipsos menée auprès des lycéens inscrits sur Parcoursup en 2021, « près de la moitié des candidats a pu formuler des vœux pour des formations découvertes grâce au moteur de recherche des formations et auxquelles ils n’avaient pas pensé » !

Enfin, après ce temps du choix des vœux d’orientation pour la prochaine rentrée restera une dernière étape pour Myléna et les quelque 750 000 élèves de terminale… obtenir le bac, le précieux et indispensable sésame pour étudier dans le supérieur !

 

__________

INTERVIEW

429-itw-caldeyJean-Philippe CALDEYROUX, directeur du CIO (Centre d’information et d’orientation) de Montluçon dans l’Allier (03)

« Il n’y a pas d’autocensure à avoir ! »

Des milliers de formations sont proposées aux futurs étudiants sur Parcoursup, la plateforme d’inscription dans l’enseignement supérieur. Devant tant de choix, beaucoup d’élèves se sentent perdus… Quels conseils d’ordre leur donneriez-vous ?

Devant la multitude de formations proposées (19 500), on peut en effet facilement s’y perdre !

Le moteur de recherche des formations de Parcoursup est plutôt bien pensé. Il permet d’accéder à une multitude d’informations sur le contenu de la formation, le mode de recrutement, les dates de JPO (journées portes ouvertes), savoir si la formation a été très demandée l’année précédente… Chose très importante, il permet également de trouver des formations similaires auxquelles l’élève n’aurait pas forcément pensé, en clair d’aiguiser sa curiosité ! Notez que le moteur de recherche est également accessible en libre accès aux parents sans inscription.

 

Outre ce moteur de recherche, quels sont les sources d’information et les interlocuteurs à privilégier pour mieux cerner son futur projet d’orientation ? La crise sanitaire modifie-t-elle la situation ?

Nous concernant, dans notre CiO, on fonctionne en présentiel, on reçoit les jeunes dans les conditions sanitaires imposées. Pour les salons d’orientation, il y en aura peut-être encore en mode virtuel, mais par rapport à l’an passé la plupart se tiennent présentiel car rien ne remplace les échanges « physiques ». Pour revenir à notre mission au CIO, on accompagne le jeune dans la construction de son projet grâce à outils qui nous sont propres : questionnaires d’intérêt, entretiens personnalisés tout en lui ouvrant des perspectives en phase avec ses centres d’intérêt mais aussi du monde professionnel !

 

Sur un plan pratique, que préconisez-vous pour les voeux de formation à déposer sur Parcoursup : multiplier les choix, mixer les formations sélectives et non sélectives, postuler tout de même à des formations dans des domaines éloignés des spécialités suivies en terminale quand l’envie est présente… ?

Il faut vraiment mettre les vœux que l’on a envie de mettre, c’est très important ! il n’y a pas d’autocensure à avoir, d’autant plus que les jeunes peuvent formuler de nombreux vœux 10 vœux et des sous-vœux (20), les vœux en apprentissage se surajoutant.

Plusieurs choses à savoir : la première c’est qu’il n’y a pas de classement dans l’ordre de ses vœux. La deuxième, c’est que l’établissement demandé par le candidat n’a pas connaissance de ses autres vœux. Il a tout intérêt à avoir une bienveillance vis-à-vis des dossiers de candidature et à classer le maximum de candidats car les « meilleurs » élèves auront de nombreuses propositions, ils auront le choix !

Par ailleurs, et c’est très important de le rappeler, il est essentiel de diversifier ses vœux : demander une même formation dans plusieurs établissements par exemple et de mettre au moins un vœu non sélectif, comme une licence. Attention à bien faire le distinguo entre les licences qui sont accessibles au niveau national et celles qui sont reliées au lieu d’habitation du jeune (sur le modèle de la carte scolaire) où le jeune sera prioritaire. Le conseil, c’est toujours d’avoir un plan B !

 

Quel rôle peuvent tenir les parents auprès de leur grand adolescent pour l’accompagner au mieux dans ses choix d’orientation ?

Parcoursup angoisse les jeunes… et les parents, c’est certain ! Pour essayer de faire baisser la pression, nous organisons des séances d’information en direction des parents, en visio-conférence depuis l’an dernier (les parents reçoivent un lien internet via l’ENT du lycée), avec une présentation du dispositif Parcoursup et un temps d’échange avec les parents pour répondre à leurs questions. Nous abordons également des sujets importants comme les bourses, le logement, etc. grâce à des partenaires présents à nos côtés (CAF, Crous…).

De manière générale, l’orientation c’est du « partenariat », où le jeune est au centre, les parents à ses côtés en lien avec les enseignants et tous les autres interlocuteurs.

Les psychologues de l’Education nationale (Psy-EN, nouvelle appellation des conseillers d’orientation) sont bien placés pour faire ce lien entre enfants et parents. Les parents doivent bien comprendre que c’est d’abord le projet de leur enfant avant le leur ! Grâce à son approche « psychologique », le Psy-EN aidera les parents impliqués (trop) affectivement  à prendre la juste distance vis-à-vis de leur enfant. Et, enfin, que le système éducatif et en particulier l’enseignement supérieur a beaucoup évolué depuis leur passage sur les bancs du lycée !

 

__________

ZOOM

Un calendrier à respecter sans faute !

La procédure Parcoursup obéit à un calendrier très strict, que chaque lycéen doit scrupuleusement respecter – par exemple, après la date limite de saisie des vœux, il est impossible d’en ajouter, sans exception.

Ce calendrier se découpe en 3 grandes phases.

  • Jusqu’au 29 mars inclus, les élèves de terminale ou étudiants en réorientation enregistrent leurs vœux d’orientation sur la plateforme Parcoursup avec leur numéro INE (identifiant national élève). Des vœux sans ordre de préférence de formation supérieure, sélective ou non.

 

  • 7 avril : C’est la date limite pour confirmer ses vœux et finaliser son dossier de candidature pour chaque vœu. Celui-ci comportera les notes de première et terminale, le projet de formation motivé (lire ICI nos conseils pour le rédiger), et la fiche avenir, avec les avis des enseignants sur la formation visée.

 

  • A partir du 2 juin : Les futurs étudiants (ceux qui auront obtenu le bac !) recevront les réponses des établissements d’enseignement supérieur à chacun de leurs vœux – chaque établissement étudie et analyse les candidatures selon ses propres critères. Les candidats doivent répondre à chaque proposition d’admission. A savoir : si le jeune est placé sur liste d’attente, le rang sur cette liste d’attente est indiqué avec le rang du dernier admis l’an dernier pour estimer ses chances d’être accepté ou non.

Nous reviendrons dans un prochain numéro sur cette phase d’admission, qui nécessite une bonne information pour adopter les bonnes stratégies.

 

Des formations hors parcoursup

Si Parcoursup propose pas moins de 19 500 formations cette année, il en demeure quelques-unes qui n’entrent pas – encore – dans ce dispositif d’inscription. Il s’agit en particulier d’établissements de formation dans les domaines de l’art et du spectacle, ainsi que certaines écoles de commerce ou de marketing. Pour les intégrer, il faut donc directement contacter les établissements concernés pour connaître les modalités d’admission (dossier, entretien, etc.). Un conseil : avant d’envisager une inscription, vérifiez que les diplômes de ces écoles sont bien reconnus par l’Etat dans le cas de poursuite d’études ou de réorientation !

 

Parcoursup… en 2021

  • 931 000 jeunes ont déposé un dossier de candidature sur Parcoursup en 2021. En moyenne, ils déposent 12,3 vœux (ou sous-vœux).
  • 93 % des lycéens ont reçu au moins une proposition d’inscription (en hausse de 1,4 % par rapport à 2020) ; dans le détail 97,1 % des bacheliers généraux, 81,5 % des bacheliers professionnels et 90,7 % des bacheliers technologiques.
  • 202 000 candidats ont formulé des vœux en apprentissage, soit + 16,2 % par rapport à 2020. Un boom qui peut s’expliquer par les nouvelles mesures qui ont rendu attractives les formations par alternance (lire ICI notre dossier spécial apprentissage).
  • Près de 50 % des bacheliers technologiques ont reçu une proposition d’admission en IUT (en augmentation de 15 % sur un an) ; et 72,8 % des bacheliers professionnels ont reçu une proposition d’admission en STS.

 

 

Mot-clé:,

Pas de commentaires pour le moment.

Donnez votre avis